Dernières actualités

3 lauréats sélectionnés pour la bourse Nuffield France 2021 – Three 2021 French Nuffield scholars ready for action

SÉLECTION DES LAURÉATS 2021Faire preuve de capacité d’adaptation fait partie de l’ADN du réseau Nuffield. La crise sanitaire mondiale donne l’opportunité d’en faire la démonstration. Malgré les incertitudes qui pèsent sur la possibilité d’effectuer des déplacements internationaux dans les mois à venir, décision a été prise pour la plupart des pays où le programme Nuffield

En savoir plus

Candidature à la bourse Nuffield 2021

Etiquettes : 

Les dossiers de candidatures sont en ligne : Télécharger, remplir et renvoyer le dossier par mail à : contact@nuffieldfrance.fr La date limite de remise est le 15 octobre 2020. En France, les inscriptions sont ouvertes pour l’attribution des bourses 2021 à des candidats de valeur issus du monde agricole, avec une priorité réservée aux candidatures

En savoir plus

Accueil d’un GFP fin Juin

Comme chaque année, nous recevrons un groupe de lauréats Nuffield internationaux dans le cadre de leur Global Focus Program. Le GFP est un voyage de 6 semaines dans 6 pays différents. Ils arriveront le 23 juin d’Indonésie après avoir été au Japon et à Singapour. Ils repartiront le 29 juin pour le Canada, avant de

En savoir plus

Notre vision : développer les hommes par l'agriculture

La Bourse Nuffield

La Bourse Nuffield représente une ouverture sur le monde et l’entrée dans un réseau agricole mondial.

En savoir plus

Les Boursiers Nuffield

Professionnels de la production agricole, les candidats doivent être curieux, compétents, communicants avec un bon niveau d’anglais.

En savoir plus

L’Etude

Après leurs voyages, les boursiers doivent rédiger un rapport d’études qui sera publié.

En savoir plus

Les Lauréats

Les Etudes

Transition vers le semis direct sur 100% de l'exploitation avec utilisation de couverts végétaux et l'intégration d'animaux (moutons) Issu d’une famille d’agriculteur du Nord de l’Auvergne, Arnaud Charmetant s’est expatrié en Roumanie à la fin de ses études d’agronomie. Aujourd’hui bien installé dans le Sud Est de la Roumanie, Arnaud gère depuis 2007 une importante exploitation en grand culture dans cette région. Passionné depuis ses débuts sur la ferme familiale française par les techniques de l’agriculture de conservation des sols et convaincu que l’agriculture traditionnelle doit changer ses pratiques dues notamment aux changements climatiques, de l’épuisement des ressources de la planète, du stockage de carbone et ainsi devenir une agriculture durable économiquement rentable. Pour cette raison, Arnaud souhaite étudier comment mettre en place sur une exploitation importante le semis direct avec couverts végétaux et élevage dans le but de créer un écosystème vertueux. La bourse Nuffield lui permet d’accéder à un réseau d’agriculteurs et de professionnels à travers le monde et ainsi d’acquérir plus de connaissances mais également découvrir d’autres cultures. De plus l’agriculture en générale souffre d’un manque d’ouverture et de communication. Arnaud souhaite utiliser cette expérience afin de partager avec le grand publique non seulement sur les différentes pratiques agricoles mais aussi éveiller la curiosité des agriculteurs pour leur permettre de remettre en cause les pratiques traditionnelles.

Arnaud Charmetant

( Lauréat Nuffield France 2021 )

“Valorisation des productions de viande bovine à base d’herbe sur la zone du Massif central afin de mettre en évidence et de valoriser son lien fort au territoire” Stéphane, futur éleveur sur le territoire du Massif Central dans le département du Cantal, je souhaite reprendre l’exploitation familiale. Plongé dans le milieu agricole depuis tout jeune, j’ai grandi sur cette exploitation, c’est ainsi que mes ambitions pour ce métier se sont continuellement construites. L’exploitation fonctionne avec un troupeau de race locale rustique, l’Aubrac. Elle valorise la plupart de ses animaux à l’exportation. J’ai donc principalement orienté mes études vers la production, puis l’ai élargi à l’environnement agricole. Dans l’objectif de m’installer, j’ai choisi de travailler au sein d’une exploitation argentine durant 3 mois. Cela m’a permis de découvrir de nouveaux systèmes d’élevage et de prendre conscience de la richesse de notre agriculture française et celle du Massif Central. En effet, les zones agricoles de ce territoire se composent principalement de prairies naturelles multi-espèces. Ce sont des richesses environnementales sur laquelle est basée cette agriculture. Mon secteur d’installation se situe sur le territoire qui est reconnu pour sa production de bovin viande avec une conduite traditionnelle et des races rustiques mais qui ne sont pas suffisamment valorisées par une filière démarquant leur prix. Face aux changements agricoles majeurs, l’alimentation de qualitédevient une exigence sociétale grandissante. Ainsi convaincu de l’avenir de nos élevages traditionnels en montagne et par la viande produite, je souhaite orienter mes recherches sur la valorisation possible de viande produite sur notre territoire. Sujet : valoriser la production de viande bovine typique et traditionnelle du territoire montagneux du Massif Central Il me semble important de rencontrer des éleveurs sur des territoires avec des caractéristiques identiques à ma zone afin d’étudier et analyser l’organisation de la filière. L’Irlande semble un pays intéressant à découvrir car il se démarque par une production de viande basée sur l’herbe et reconnue pour sa qualité. L’expérience de ces filières constituera un enrichissement important à l’aboutissement de cette étude. L’échange et le travail avec les acteurs locaux de la filière bovine de ce territoire restent importants. En effet, les filières de qualité déjà organisées dans les races Aubrac et Salers sont à solliciter dans cette réflexion pour construire des axes et objectifs de réalisation concrets. Les échanges d’expériences durant l’année d’étude permettront d’enrichir ma réflexion et de le mettre au profit des filières locales et de mon projet.

Stéphane Cusset

( Lauréat Nuffield France 2021 )

L’agriculture de proximité, un moyen pour connecter ville et agriculture ? La majorité de la population est maintenant urbaine et une déconnexion s’accroit entre agriculteurs et consommateurs ; elle est due, entre autres, à la méconnaissance des enjeux de l’agriculture par les citoyens. Recréer du lien est donc vital pour répondre ensemble aux enjeux de société comme : l’adaptation aux modes de consommation, le changement climatique, la perte de la biodiversité, l’adaptation des villes au changement et aux nouveaux besoins. L’agriculture urbaine et de proximité peut être une des solutions pour créer ce lien, qui en plus des aspects de sensibilisation des populations et d’alimentation apporte des services à la ville : augmentation de la biodiversité, régulation des température, rétention d’eau, etc. Je vais approfondir le sujet pour voir dans quelle mesure l’agriculture de proximité peut être un moyen pour connecter ville et agriculture et rechercher si d’autres moyens peuvent également être mis en œuvre pour relier ces deux mondes. Étudier quels liens créer entre les deux sachant que les pratiques et enjeux sont différents dans chacun des contextes. Je vais étudier des contextes variés : pays « développés » qui sont confrontés à ces enjeux de déconnexion et pays en « développement » où le lien avec les agriculteurs est plus présent. Cette diversité me permettra de partager des expériences riches avec les acteurs français et de tirer des enseignements diversifiés.

Agnès Delefortrie

( Lauréate Nuffield France 2021 )

La représentation paysanne aujourd’hui. Entre tradition historique et recherche de légitimité, comment renouveler la représentation paysanne aujourd’hui ? Bertille a travaillé dans différentes organisations agricoles, que ce soit des syndicats ou des associations. L’objectif de son étude est d’interroger les différentes formes de représentation paysanne et de voir en quoi elles contribuent à construire les politiques publiques agricoles et à comprendre en quoi elles sont tenues de s’adapter et d’évoluer compte-tenu du contexte politico-économique.

Bertille Fagès

( Boursière Nuffield 2020 )

Production de viande de bœuf de qualité dans le respect de l'environnement et du bien-être animal. Pour cela, il souhaite rencontrer des éleveurs pratiquant le croisement afin de bénéficier des effets d'hétérosis. Les éleveurs ne cultivant que des prairies de plusieurs espèces associées sans pesticides avec peu de produit de synthèse, pour des animaux heureux et en bonne santé. Des agriculteurs qui conduisent leurs troupeaux dans des environnements hostiles utilisant le croisement pour produire une vache a la génétique adaptée a cet environnements. La production animale est accusée de polluer mais pense qu'il est possible de produire dans le respect des animaux et de l'environnement car les herbivores font partie intégrante de l'écosystème.

Yannick Laban

( Boursier Nuffield 2019 )

Viticulture Bio, horizon 2050. Les vins bio sont-ils durables ? Elle fait partie de la nouvelle génération du vignoble bordelais, une région viticole historique en manque d’inspiration et de repères. Ainsi, son projet a pour objectif de recenser les démarches agro-environnementales et écologiques dans les vignobles étrangers les plus évolués, mais également les initiatives et innovationsafin d’établir un panel d'options possibles pour produire des vins sainement et durablement. La finalité réside, au-delà de l'investissement personnel, à proposer le retour de ses études et constatations à travers un manuel pratique avec trois grandes parties : production, vinification et commercialisation à destination des producteurs de vins, bio convaincus ou non.

Elsa Ménard

( Boursière Nuffield 2019 )

Les élevages d’insectes : un levier vers l’autonomie des exploitations et la durabilité des systèmes agricoles ? Les insectes peuvent être élevés pour les services qu’ils procurent, à destination de l’alimentation humaine ou animale, ou encore pour les produits qu’ils fournissent (soie, cire). Ils constituent une ressource animale sous-utilisée en agriculture, malgré l’efficacité de leur élevage et le faible impact environnemental de cette activité. Par ailleurs, de nombreux insectes sont capables de transformer les co-produits et sous-produits de l’agriculture, y compris les effluents d’élevage. Malgré toutes ces qualités, les différents services procurés par les insectes, pollinisation mise à part, sont le plus souvent ignorés dans la conception des systèmes agricoles.

Chloé Pellerin

( Boursière Nuffield 2019 )

Inventaire des processus de transformation adaptés à une installation de transformation mobile.Aujourd’hui se lancer dans la vente directe de produit laitier implique un investissement important dans du matériel peu utilisé. La transformation serait effectuée comme une prestation de service, sans enlever la charge de la commercialisation aux producteurs qui est un véritable vecteur de valorisation économique et sociale du métier. L’étude permettra d’évaluer l’aptitude à la transformation rapide de différents produits laitiers et fromagers. La rencontre de producteurs en vente directe à travers le monde permettra de construire et évaluer la faisabilité économique de ce modèle innovant.

Vincent Gallard

( Boursier Nuffield 2018 )

Réduction des charges de mécanisation : comment raisonner un investissement optimum en agroéquipements ? Dans une démarche de contrôle des charges de mécanisation, j'ambitionne de proposer un outil ou des méthodes pour estimer le niveau de capital minimum à investir sans pénaliser la performance des chantiers. Gérant de Conseils Agroéquipements, Julien Hérault est spécialisé dans la formation et le conseil en machinisme agricole. Ses prestations sont proposées aux agriculteurs, entrepreneurs de travaux agricoles, concessionnaires et constructeurs. Les axes de travail sont dirigés vers la maîtrise des charges de mécanisation, l'amélioration de la qualité de travail et l'augmentation des performances des chantiers.

Julien Hérault

( Boursier Nuffield 2018 )

L’agriculture de conservation vers la voie de la certification ? Etoffer l’argumentaire technique pour réussir la promotion de cette nouvelle forme d’agriculture : Etude comparative de l’empreinte carbone et de la qualité nutritionnelle du grain produit. Nous sommes confrontés à un marché concurrentiel toujours plus ouvert. Face à cela, il est nécessaire de différentier nos produits par un travail de communication. Nos systèmes de production sont innovants car régénèrent la vie des sols en augmentant la séquestration de carbone. Je souhaite donc travailler : l'empreinte carbone et qualité nutritionnelle des grains produits en comparant le système labour traditionnel à l’agriculture de conservation.

Guillaume Milard

( Boursier Nuffield 2018 )

Produire et commercialiser du lait de brebis à haute valeur ajoutée pour le territoire. L’idée est de Commercialiser des produits à base de lait de brebis à leur juste valeur L'exemple des vignerons français qui ont pris en main la commercialisation de leur production. A la rencontre des consommateurs qui recherchent des produits au lait de brebis pour leurs qualités organoleptiques, diététiques et écologiques. Face à la crise de confiance des consommateurs chinois et au pouvoir d'achat grandissant d'une partie de la population, le marché asiatique peut-il être une opportunité ?

Yolène PAGES

( Boursière Nuffield 2017 )

Dresser un inventaire des systèmes de culture théicoles et des techniques de transformations puis de dégager les facteurs clé de réussite pour les plantations sous climat tempéré. Le lancement de la culture de théier ouvrira la voie à d'autres agriculteurs en quête de voie de diversification et pourrait même se substituer à des productions en perte de vitesse comme c'est le cas avec le tabac dans le Sud-Ouest. Cette étude apportera les éléments indispensables au développement d'une filière thé sur notre territoire.

Stephanie CHANFREAU

( Boursière Nuffield 2017 )

Combiner agriculture de conservation (AC) et agriculture biologique (AB). Il y a encore peu de systèmes qui combinent AB et AC en France. L’objectif de mon étude est d’aller voir dans le monde les systèmes agricoles qui ont su combiner ces deux types de mode de production, d’étudier les raisons de leur succès et de voir quelles sont les adaptations possibles dans les conditions hexagonales.

Maxime Barbier

( Boursier Nuffield 2017 )

Comment les agriculteurs optimisent la valorisation des effluents d'élevage (méthanisation, vermiculture, etc.), et comment cette valorisation s'intègre dans l'exploitation agricole et dans son environnement ? L'idée est de comprendre comment améliorer la durabilité des élevages français par une utilisation efficiente des effluents ?

Maxime Moinard

( Financé par Bio 3G )

Fonctionnement de l’exploitation dans un schéma plus durable en alliant les 3 dimensions : économique (valeur ajoutée accrue), sociale (création d’emplois pour l’entretien et la récolte des framboises) et environnementale (diversification de l’assolement, culture pérenne peu gourmande en intrant, culture mellifère, etc).

Laure Figeureu-Bidaud

( Financée par Crédit agricole )

Développement mondial des nouvelles technologies de monitoring en élevage laitier, ces nouveaux outils (détecteurs de vêlages, chaleurs, capteurs d’activité/rumination, thermomètres ruminaux, analyseurs de lait en continu) répondent à l’accroissement de la taille des troupeaux et au manque de main d’œuvre en France.

Sylvain HAURAT

( Financé par France Génétique Elevage )

Partenaires

Conception : Toutanck Pubalive